Space for Life Architecture Competition – Phase 2

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Collaborateurs

INTRODUCTION

La durabilité commence avec une conversation. Elle requiert une collection diversifiée de données pour nourrir et conduire à un résultat intégré — dans ce cas-ci, un environnement vivant qui incarne et produit un impact sur la vie de tous ceux venant à son contact.

UN BIODOME RENOUVELÉ

Le Biodôme célèbre aujourd’hui une transformation nouvelle et vitale sur les plans local et mondial — amener en équilibre l’artifice et la beauté par le moyen de sa rénovation. Le Biodôme renouvelé illustrera comment contribuer à la santé du sol, à la fraîcheur de l’air et au bien-être de la flore et de la faune.

L’EAU

Notre but est de reconnaître l’eau comme la ressource la plus précieuse. Chaque goutte d’eau utilisée dans le Biodôme est examinée en fonction de son potentiel d’utilisation et de réutilisation ; de même pour chaque goutte tombant sur le site pour son potentiel à alimenter la consommation d’eau du bâtiment.

LA LUMIÈRE | L’AIR | L’ÉNERGIE

Nous savons dans le monde naturel que « la lumière est la vie », et nous avons clairement constaté que cela n’était pas moins vrai pour le Biodôme lui-même. Les puits de lumière du bâtiment original constituaient le parfait point de départ pour la naissance du Biodôme et tout ce qui y vit. Notre concept pour le Biodôme renouvelé est de révéler et d’impliquer plus explicitement la volumétrie originale du vélodrome, son espace intérieur et son magnifique toit ajouré, éclairé de lumière naturelle. Nous avons aussi inclus de nouvelles approches utilisant la lumière et l’air pour augmenter l’expérience du visiteur et montrer plus explicitement comment les systèmes du bâtiment peuvent être mieux intégrés.

MATÉRIAUX VIVANTS ET CRÉÉS PAR L’HOMME

Le Biodôme renouvelé utilisera des matériaux conçus pour la récupération et la réutilisation continue, promouvant la santé et le bien-être des systèmes biologiques ainsi que la valeur accrue des systèmes techniques. L’intention de notre équipe est de toucher au bâtiment le moins possible et de réutiliser le plus possible dans l’installation de systèmes vivants et créés par l’homme.

BIOPHILIE

Chacune des stratégies que nous avons incorporées est un effort pour exprimer cette biophilie naturelle que nous détenons en nous en tant qu’humains. Nous sommes d’accord avec les objectifs d’expérience immersive du projet, croyant que plus nous serons plongés et reliés à la nature, plus nous aurons tendance à prendre soin d’elle. Que ce soit donc par des interventions directes, indirectes ou symboliques, nous souhaitons brouiller la ligne artificielle qui s’est créée entre l’homme et la nature.

CITOYENS DE LA NATURE

Nous voyons un projet qui réinvente le Biodôme comme un espace partagé par les communautés humaine et naturelle – une société de vie hybride. Les humains ne peuvent être les spectateurs – ils doivent être les collaborateurs – non, les citoyens de la nature. Nous proposons ceci pour le Biodôme : un creuset de systèmes hybrides, la maison du vivant hybride de Montréal qui expliquerait aux citoyens comment inviter, collaborer et se connecter au monde naturel. Et la ville deviendra alors un événement évolutionnaire positif dans la vie de la planète.

DE NOUVELLES EXPÉRIENCES DE PARTOUT

Un ruban de cette nouvelle écologie hybride s’élève pour devenir une nouvelle promenade migratoire, embrassant la structure existante et se faisant discrète le long de ses murs.

LE FOYER CENTRAL CATALYSEUR

Tous se rejoignent dans un nouveau hall central. L’esplanade, la rampe aérienne, les circulations, tous portent la signature du projet — son ADN. Les visiteurs apprendront l’histoire de la biodiversité. Le plafond de cet espace est largement ouvert pour encadrer la vaste étendue du toit de vélodrome au-dessus.

L’ENTRÉE

La nouvelle entrée du Biodôme est une simple et riche transformation de l’arc peu prononcé de la structure du vélodrome. De la grand-place, le visiteur se sent immédiatement relié à l’intérieur par le moyen d’une paroi de verre.

L’ÉVASION

Afin d’établir cet environnement (sauvage) de vie hybride, notre premier geste est de libérer la nature de ses limites dans le Biodôme – en laissant d’abord la forêt laurentienne s’échapper vers le sud. Dans ce volume ensoleillé, vaste et sous-utilisé, le visiteur du nouveau Biodôme verra cette nature exercer sa force sur l’espace.

L’ESPLANADE

Ce lieu d’interactions s’étend de la « zone d’évasion » au sud jusqu’à l’entrée des visiteurs sur la grand-place au nord, pour retourner à son point d’origine en passant par le centre du Biodôme. La simplicité est la clé. Le robuste béton des gradins du vélodrome est dégagé et exposé, révélant la spectaculaire étendue de l’espace en-dessous. L’ADN de l’esplanade suggère une nouvelle approche au monde non-humain : un partenariat fondé sur l’empathie sous un même toit.

SERVIR LES ÉCOSYSTÈMES

Et ainsi, au-delà de la biophilie, nous nous efforçons d’atteindre l’« écophilie » – pensant explicitement à la prestation de services écosystémiques au monde non-humain comme acte d’humilité, de gratitude, d’admiration, d’amour.

UN EXEMPLE VIVANT

Le nouveau Biodôme créera des occasions de VIVRE de nouvelles expériences et relations. En déambulant dans le Biodôme, le visiteur imaginera comment le Biodôme pourrait effectivement s’étendre à travers un réseau à la grandeur de l’île, à travers rues, ruelles et lignes de métro, un tissu urbain naturellement tissé. Et la question inverse pourrait aussi se poser : que peuvent apporter nos villes au Biodôme ? Nous aurions là alors un véritable rhizome hybride au contact duquel le visiteur comprendrait l’occasion qui s’impose à lui de partager nos villes avec nos plus importants hôtes et partenaires : le reste entier du monde naturel.

CONCLUSION

L’architecture durable doit se rapprocher d’une narration… une histoire de conception intuitive soutenue par l’analyse et les mesures scientifiques. Une architecture qui non seulement permet de réduire le stress sur l’environnement à mesure que des espaces sont créés pour des humains toujours plus nombreux, mais exige également de prendre appui respectueusement sur la nature, de l’impliquer et de la considérer dans la recherche de solutions, d’apprendre d’elle et de lui permettre de se régénérer comme elle le fait si bien elle-même… naturellement. Cette conversation sur la durabilité au Biodôme demeure incomplète, quoique remplie de possibilités. Nous sommes impatients de continuer cet échange… prochaine étape de ce voyage de découverte.