Benny Farm & Green Energy Benny Farm

  • Crédit photo: Audrey Belval

  • Crédit photo: Audrey Belval

  • Crédit photo: Holcim Foundation, Nikkol Rot
  • Crédit photo: Holcim Foundation, Nikkol Rot

  • Crédit photo: Audrey Belval

Fiche Technique

Emplacement : Benny Farm, Montréal, QC
Représentants du client : Bob Butler & Jeanne Mayo membres fondateurs d’Énergie Verte Benny Farm (EVBF), la compagnie à but non lucratif qui a développé le projet.
Ingénieur bio-climatique : Martin Roy et ass.
Ingénieurs civils : SDKLBB
Ing. en traitement des eaux : TEKNIKA HBA
Prix et mentions : Médaille d'or par la Fondation Holcim pour la construction durable [Amérique du Nord-2005]
Prix et mentions : Médaille de bronze par la Fondation Holcim pour la construction durable [Monde-2006]
Projet pilote : Infrastructure environnementale partagée liant 187 unités de logement réparties dans trois projets.

Fichiers joints

- Holcim Foundation: Green, social and complex
- CMHC: Innovative Buildings

redéveloppement de Benny Farm

Benny Farm a été construit en 1946-47 afin de loger les vétérans de la guerre et totalise une superficie de 18 hectares dans le quartier de Notre-Dame-de-Grâce de Montréal. La Ville de Montréal s’est largement impliquée dans la stratégie de redéveloppement de Benny Farm, particulièrement en ce qui concerne les changements de zonage et le financement relatif aux différents programmes de logement abordable (via l’Opération Solidarité 5000 logements). La Ville a accordé une priorité au site de Benny Farm comme lieu de redéveloppement où s’y retrouvent quelque 550 unités de logement, nouvelles et rénovées. L’implication de L’OEUF dans le redéveloppement de Benny Farm s’étend sur plusieurs années et projets.

1998 “Community Land Trust Benny Farm” (CLTBF) Ce projet alternatif pour la reconstruction de Benny Farm apportait une vision différente et cohérente avec son passé historique, culturel et politique pour le futur du site. Cette vision prônait la rénovation et l’infiltration – la modification plutôt que la transformation des conditions existantes, ce qui assurerait une harmonie avec l’échelle et le tissu urbain avoisinant. En tant que projet communautaire, cette fiducie foncière collective créait une opportunité afi n de développer un projet d’habitation pour une démographie diverse qui n’était pas caractérisée par les spéculations. Ce que cette proposition avait de nettement révolutionnaire était de penser le logement en tant que ressource plutôt qu’en tant que commodité.

1999 Une charrette de design intégré a été organisée par la Société immobilière du Canada (SIC). Les différentes parties représentées autour de la table de discussion étaient : L’OEUF, des vétérans, le CLSC, le YMCA, le voisinage, des groupes communautaires et des futurs résidents.

2002 Concours de design sur invitation organisée par la SIC. L’OEUF, en collaboration avec NIP Paysage ont préparé une stratégie urbaine incluant : des bâtiments à usage mixte, à revenus mixtes, des rénovations et des nouvelles constructions, une densifi cation ainsi que du logement abordable.

VERDIR L’INFRASTRUCTURE DE BENNY FARM

Énergie Verte Benny Farm est un prototype de développement durable soutenu par la communauté et conçu pour être reproductible. Il met de l’avant un modèle de responsabilité écologique aux plans social, éthique, technique et financier.

 

Défi majeur et performance

 Le but premier du projet consiste à faire la démonstration de la viabilité économique à long terme d’une infrastructure verte. Le projet a été rendu possible grâce au support financier du Fonds Municipal Vert du Canada qui encourage les projets d’infrastructure municipale à caractère innovateur. Ceci étant, Énergie Verte Benny Farm s’autogérera de façon autonome éventuellement.

Politique de transparence

 L’opération et la maintenance des infrastructures d’énergie et d’eau sont sous le contrôle du conseil d’ÉVBF, lequel est composé de résidents, de représentants de la communauté et d’experts techniques. Ceux-ci verront à ce que les revenus provenant des économies d’énergie soient distribués entre la gestion, la maintenance, la recherche, l’expansion des composantes de l’infrastructure verte, en refilant les épargnes aux résidents, et en investissant du côté de l’éducation permanente et de la dissémination tant auprès des résidents qu’auprès de la communauté élargie. Étant donné l’échelle sans précédent du projet, et à cause des risques potentiels qui y sont inhérents, L’OEUF à mis l’emphase sur la gestion de risques de façon à protéger la qualité de vie et les droits des résidents dans ce projet de démonstration. Par exemple, les risques sont diminués grâce à des systèmes de rétroactions multiples, un suivi vigilant et une surveillance intensive.

Participation des parties prenantes

 Étant donné que le plus gros des trois projets d’habitation à but non lucratif bénéfi cie d’un conseil d’administration considérablement expérimenté, l’O.B.N.L. Chez-Soi s’est imposé comme principal appliquant pour le projet. L’autorité municipale, la Ville de Montréal, et l’organisme provincial, soit la Société d’Habitation du Québec, ont toutes deux été grandement impliquées dans le plan initial de redéveloppement de Benny Farm, tant en ce qui concerne les requêtes de changements de zonage, qu’en ce qui concerne le fi nancement des différents programmes d’habitation abordable sur le site; Opération Solidarité 5000 logements et Logement Abordable Québec. Les deux autres organisations de logement impliquées dans Énergie Verte Benny Farm sont Coop ZOO et HCNDG. Bien qu’il existe une longue histoire de co-développement entre les organismes d’habitation à but non lucratif et toutes deux autorités de la Ville de Montréal et de la Société d’Habitation du Québec, le projet pilote Verdir l’infrastructure à Benny Farm constitue le premier partenariat à grande échelle dans le secteur du logement abordable où les questions de durabilité y soient centrales et déterminantes. Outre le partenariat initial existant entre le principal O.B.N.L. appliquant Chez-Soi et les deux autres organismes d’habitation Coop ZOO et HCNDG, et autres partenaires municipal et provincial, ce projet a rassemblé plusieurs groupes d’intérêts différents. La Corporation de développement Notre-Dame-de-Grâce (le vendeur), le Groupe CDH (groupe ressource), le Conseil communautaire de Notre-Dame-de- Grâce et les organisations fédérales de la Société Immobilière de Canada et de la Fédération canadienne des municipalités, ont, de ce fait, constitué un modèle tout à fait exemplaire de coopération entre diverses organisations.

Bénéfices reliés au projet

 Une compagnie de service à but non lucratif s’occupera des questions relatives à la propriété, à la gestion, ainsi qu’au perpétuel réinvestissement de la construction durable de cette infrastructure commune d’énergie, d’eau et des déchets. Développé par les parties de base impliquées et conçu pour être développé en phases, le projet utilise un protocole de construction qui réduit les émissions de gaz à effets de serre, limite l’utilisation de l’eau potable et gère les pertes d’eau, ainsi que la production de déchets grâce à la rénovation, à la réutilisation et à la récupération. Ce projet intègre une série de systèmes déjà existants et nouveaux, à la fois dans les bâtiments mêmes, ainsi qu’entre les dits bâtiments. Les protocoles de construction et de mise en service mettent l’emphase sur la réutilisation; une qualité de l’air supérieure; une construction durable; et des enveloppes énergétiques effi caces. Les systèmes d’énergie impliquent un échangeur de chaleur géothermique, l’utilisation d’un système hybride solaire à l’électricité et au glycol et le chauffage radiant. Les systèmes d’eau impliquent la réutilisation d’eaux grises et d’eaux pluviales, le traitement de l’eau par terrains marécageux et percolation, ainsi que par rechargement de la nappe phréatique. Ces systèmes sont étroitement liés et mutuellement dépendants. Tous ces systèmes contribuent à la pérennité et au développement continu de Benny Farm, de même qu’ils contribuent à améliorer la qualité de vie des usagers. Comme la majeure partie de l’énergie provient de sources renouvelables, les différents partenaires se trouvent à l’abri des hausses de coûts d’énergie. La quantité d’eau utilisée est diminuée de moitié de sorte que les partenaires sont là aussi protégés des hausses de taxes qui s’y appliquent. Les dividendes économiques, sociaux et environnementaux engendrés par la réduction de consommation d’énergie et d’eau sont répartis entre les partenaires, et sont affectés au monitorage et à l’entretien des systèmes, ainsi qu’au réinvestissement futur du côté de nouvelles technologies et équipements collectifs. Ce modèle de participation entre différents niveaux d’organisations sociales, des militants locaux au gouvernement fédéral, est applicable partout. Pour plus d’informations, voir http://www.accesenergie.ca/