La bergerie

  • Wall and existing fence

  • Wood structure and breezeway

  • Envelope and green roof

  • Plan du rez-de-chaussée / Ground floor plan

  • Plan d'etage / Second floor plan

  • Plan du toit / Roof plan

  • Élévation est / East elevation

  • Élévation ouest / West elevation

  • Coupe d'espace double-hauteur / Section through double-height space

  • Energy gain/loss in kwh/year

    Energy gain/loss in kwh/year

  • Coupe du site / Site section

  • Site programming

    Site programming 1:5000

  • Riviere Rouge and four agricultural fields

  • Highest ground

  • View to Mont-Tremblant

  • Prevailing winds (annual average)

  • Solar exposure

  • Road and existing buildings

  • Noise from road and sawmill

  • Agricultural fences

  • Stone wall screens site from wind, noise, and afternoon sun

Fiche Technique

Client : Stephen et Claudine Bronfman
Architecte en paysage : NIP Paysage
Ingénieur en structure : Jan Vrana et Jean-Marc Weill
Ingénieur mécanique/électrique : Pageau Morel et associés inc.
Consultant en design intérieur : Adelson Design
Agriculture biologique : Runaway Creek Farm
Chargé de projet/ Entrepeneur : Omnia Technologies Inc.
Consultant en 'Passivehaus' : Malcom Isaacs
Consultant en éclairage : Lightemotion
Ingénieur de génie : Marchand Houle et associés
Superficie : 3720 pi. ca.

Le site est situé dans la vallée de la Rivière Rouge, où ondoie doucement le champ d’un agriculteur traversé par les sinuosités d’un vieux méandre, structuré par des clôtures de fil de fer et entouré par la forêt. L’approche tisse des liens entre certains vieux bâtiments d’élevage et d’agriculture au sud et révèle une vue du Mont-Tremblant à l’est.

Le mandat demandait une maison calme mais à la fois dynamisante pour le paysage. Le programme du client incluait de l’agriculture biologique et un respect pour l’écologie du site.

Les formes emblématiques des bâtiments agricoles ponctuent le paysage de la région : ici, la maison prend la forme austère, grande et réservée d’un grange allongée à deux versants, perchée d’est en ouest sur le mur et s’adossant à la clôture, créant une terrasse protégée et une cuisine d’été extérieure. La charpente à poutres et poteaux, le revêtement extérieur ainsi que les pierres de carrière de la Mer de Champlain sont tous des matériaux récupérés recueillis localement.

Dès le départ, le projet a imaginé une cour abritée pour compenser les hivers rudes et les vents violents ? une cour baignée de soleil et protégée du vent par un mur en pierre locale. Le mur est équilibré par une série d’ouvertures permettant des vues, des seuils et le mouvement de l’air et de la lumière. La maison elle-même repose légèrement sur ce mur ? une ossature de bois récupéré sur une masse stéréotomique. Le mur est l’armature du programme, accueillant une série de fonctions dont une serre, une cuisine extérieure, des aires de séjour couvertes et la résidence elle-même. L’établissement d’un passage couvert le long de la façade sud définit deux axes de circulation ? un séparant la cour de l’entrée, l’autre connectant une série d’espaces intérieurs et extérieurs incluant un verger et des jardins. Le plan est simple et confortable, et les élévations sont percées pour des vues, un gain solaire passif et l’accès au paysage rural. L’enveloppe est une épaisse couverture thermique ? équilibré par un mince toit vert semblant flotter au-dessus du massif mur de pierres. Bien que la maison soit conçue pour atteindre potentiellement la certification “Canadian Passivehouse”, elle répond d’abord aux intérêts du client dans la quête d’un équilibre entre confort thermique et entretien simplifié.

La maison s’ouvre aux vents d’été, ventilée au centre par les puits de lumière et aux extrémités par les pignons, se prêtant à une évacuation d’air passive pendant la nuit. L’automne donne lieu à un usage intensif de la terrasse et de la cuisine pour la préservation et la mise en conserve, ainsi que de la remise du jardin et du sous-sol pour le rangement. En hiver, les activités familiales se recentrent sur la maison, avec des vues d’ensemble à travers les champs jusqu’aux montagnes à l’est et au sud dans les aires de séjour. Une habitation discontinue dans les premières années et durant l’hiver a mis le projet au défi ; en réponse, la maison est superisolée et ouverte vers le sud ? elle est chauffée et refroidie passivement.

L’équipe de conception du projet était étroitement intégrée ; ainsi, la stratégie initiale pour l’enveloppe s’est modélisée sur une enveloppe de qualité supérieure avec un très fort coefficient d’étanchéité (0.5 CA/H à 50 pa), intégrant des stratégies de gain solaire passif en vue de la satisfaction d’une demande annuelle d’énergie de chauffage d’environ 15 KWh/m2a. La structure interne à poutre et poteaux en bois ainsi que le mur préfabriqué et les panneaux de toiture ont radicalement limité les ponts thermiques, diminuant les pertes d’énergies corrélatives de 6 kWh/m2a tout en offrant un confort élevé près de l’enveloppe extérieure. Des masses thermiques également réparties stabilisent les températures intérieures pendant les saisons intermédiaires.

La maison revisite la culture architecturale de la région tout en bénéficiant des derniers progrès technologiques. Une palette de matériaux locale est incorporée aux composantes dans une réponse sensible au programme. C’est cette dialectique ? entre hautes et basses technologies, entre une forme simple, évocatrice et une enveloppe hautement performante ? qui insuffle à la fois tension et tranquillité dans cette maison de campagne.